ESPACE ADHERENTS  Identifiant Mot de passe
 
Logo AUTF Association des Utilisateurs de Transport de Fret
 
 
 Accueil
 Qui sommes nous ?
 Nos actions
 Nos positions
 Actualités
 Adhérer
 Nos partenaires
 
 

 

Hausse du prix du gazole dans les transports routiers : vers un déni d’économie de marché



Par voie d’amendement au projet de loi de modernisation de l’économie le gouvernement veut renforcer le dispositif de répercussion des hausses du prix du gazole dans les prix de transport routier en sanctionnant pénalement les donneurs d’ordre qui ne le respecteraient pas.

Autant les chargeurs ne peuvent-ils occulter la part grandissante que pèse le gazole dans les prix de transport autant est-il déraisonnable et malsain de les diaboliser ; le fait de déplacer sur le terrain pénal une mécanique contractuelle constitue une grave dérive qui risque de dégrader les rapports commerciaux qui sont exclusivement régulés –que cela plaise ou non – par la loi de l’offre et de la demande.

Les chargeurs ont besoin d’une offre de transport routier la plus large et la plus compétitive et sont à ce titre pleinement conscients de la nécessité de disposer de prestataires de transport dont la viabilité économique leur permet d’accompagner leur développement. Cette préoccupation n’est pas étrangère au fait que les contrats de transport portant sur des volumes et conclus sur la durée comportent pour la plupart des clauses d’indexation « gazole », sans pour autant priver les parties de leur liberté tarifaire.

L’exercice auquel se prête le gouvernement atteint ses limites dès qu’il s’agit des transports occasionnels –à la demande- dont les cotations se font au jour le jour sur la base d’un prix de marché quotidien, qui exigent des transporteurs une connaissance fine de leurs coûts et auxquels il est illusoire de vouloir appliquer un quelconque dispositif d’indexation.

Depuis près de 20 ans les Pouvoirs Publics croient pouvoir régler les crises et poussées de fièvres de la profession du transport routier par un interventionnisme législatif…..mais ses problèmes demeurent entiers et ses revendications inchangées.

Cette dernière initiative gouvernementale est le prolongement d’une politique de gestion de crise qui, par commodité ou opportunité, fait une fois de plus du client le traditionnel bouc émissaire tout en maintenant les entreprises de transport dans un pseudo climat d’assistance. 

 

 


Retour à la liste complète Retour à la liste complète
Accueil  | Qui sommes nous ?  | Nos actions  | Nos positions  | Actualités  | Adhérer  |